vendredi 24 mai 2013

Mirza, Lassie, Bill, Milou, Rantanplan, Rintintin, Snoopy... nos fidèles amis !


LE CHIEN ET L'ENFANT

Mirza, Lassie, Bill, Milou, Rantanplan, RintintinSnoopy... nos fidèles amis !!!!



Le chien (Canis lupus familiaris) est la sous-espèce domestique de Canis lupus, un mammifère de la famille des canidés qui comprend également le loup gris, ancêtre sauvage du chien, et le dingo, chien domestique redevenu sauvage.
Le chien est la première espèce animale à avoir été domestiquée par l'homme pour l'usage de la chasse dans une société humaine paléolithique qui ne maîtrise alors ni l'agriculture ni l'élevage.


Le chien :

  • Sécurise
  • Valorise l'estime de soi
  • Ne juge pas
  • Apaise
  • Stimule (moteur de motivation)
  • Apporte sa spontanéité 
  • Développe la relation affective
  • Diminue le stress et l'anxiété (antidépresseur)
  • Vecteur social
  • Complice, confident (interlocuteur privilégié)
  • Partenaire de jeu
  • Apporte l'autonomie aux personnes handicapées (liberté, indépendance)
  • Désacralise et adoucit l'image du soignant
  • Tiers dans la position duelle qui facilite la communication

Hubert Montagner est professeur des universités en retraite, ancien directeur de L’INSERM, chercheur en psychophysiologie et auteur entre autres de L’enfant et l’animal, publié aux éditions Odile-Jacob en 2002.


L’animal fait-il partie de la famille ?
Pr. Hubert Montagner : Mais c’est le cas. Il ne faut pas confondre animal de compagnie et animal familier. L’animal familier fait partie de la famille. Il ne juge pas, ne gronde pas et a toujours l’air d’adhérer à ce que disent ou font ses maîtres, ce qui a pour conséquence qu’ils ont une totale confiance en lui.

On a l’impression que, parfois, les familles font une totale confiance en l’animal et qu’ils vont même jusqu’à lui prêter des sentiments.
Pr. H. M. : Le chien perçoit qu’il est accueilli et a un comportement qui va faire qu’il sera très bien accepté par la famille et que ses maîtres vont lui faire confiance. Mais il est vrai que les êtres humains attribuent parfois des positions ou des attitudes qu’ils n’interprètent pas toujours bien. Un chien heureux a un comportement qui peut être interprété comme des manifestations de tendresse ou d’amour.

Pourquoi le courant passe-t-il aussi bien avec les enfants ?
Pr. H. M. : L’animal familier est pour l’enfant un être ludique, un véritable partenaire de jeu. Le chien, par exemple, fait une roulade ou le beau. Cela fait rire l’enfant, ce qui va automatiquement motiver l’animal, qui va en rajouter.
Le chien ne demande pas d’explication, il est toujours disponible pour l’enfant. L’enfant va être totalement libre dans sa relation au chien, il va libérer des émotions, comme la joie ou la peur, la colère, la tristesse, la surprise ou le dégoût (qui sont des émotions universelles) et va libérer son langage, car le chien ne peut ni le reprendre ni le juger. Il va devenir son confident.
Par exemple, il va pouvoir dire à son chien : "Papa est méchant, je vais le tuer". Le chien aura l’air d’adhérer à ce que l’enfant dit et lui manifester de la tendresse et du réconfort. L’enfant va se sentir compris et lui manifester de la tendresse. Ce n’est pas tous les jours qu’il rencontre un partenaire comme ça : qui accepte qu’il libère ses émotions de la sorte !

Le chien est-il bénéfique pour les enfants ?
Pr. H. M. : Bien sûr ! Déjà, parce que l’animal va aider l’enfant à développer son langage, mais aussi parce qu’il va tester en permanence différents comportements avec le chien, et celui-ci va réagir. L’enfant va donc découvrir sa capacité à influencer l’animal, et cela est très important pour l’estime de soi. De plus, le chien peut avoir des effets apaisants et sécurisants. Par les émotions et les affects qu’ils mobilisent et ont l’air de partager, l’enfant et le chien développent souvent entre eux un attachement profond.


On entend tous les jours des histoires de chiens qui mordent des enfants, parfois très gravement. Pourquoi y a-t-il ce genre d’accidents ?

Pr. H. M. : C’est une question de compréhension de l’autre. Le chien apprend à décoder l’enfant, mais si l’enfant transgresse son comportement pour une raison ou pour une autre, parce qu’il a peur ou qu’il est malade, cela risque de troubler le chien, qui ne comprend plus l’enfant.
Il faut, même avec un animal familier en qui l’on a confiance, être réaliste et faire attention. Si on prend l’exemple d’un bébé qui pleure, en l’absence de ses maîtres, le chien ne va pas comprendre ce qui se passe, il va être dérouté et peut se sentir menacé. Il va vouloir faire cesser les pleurs, cela peut s’avérer problématique. Des bébés ont été étouffés dans cette situation par un chien jusque-là "sans histoire" qui faisait partie de la famille, alors que les parents avaient "tourné le dos" juste un instant, rassurés par la présence de l’animal de confiance auprès de l’enfant.

L’enfant, qui s’est fait mordre, peut-il être perturbé ?
Pr. H. M. : Oui, car l’enfant joue et reçoit une agression comme réponse. Il ne comprend pas et peut développer une phobie, et avoir peur dès qu’il se retrouvera en présence d’un chien.

Que peut-on faire dans ces cas-là ?
Pr. H. M. : Il faut de nouveau recommencer la familiarisation avec un autre animal, un petit chiot par exemple. Peu à peu, au contact de ce petit être, il reprendra confiance.

Quelles sont les règles de base à respecter quand on souhaite acquérir un chien ?
Pr. H. M. : Les chiens sont de remarquables compagnons, mais il convient d’être prudent dès lors qu’ils partagent un habitat avec de jeunes enfants, quelle que soient la race de l’animal et la qualité des ses relations avec les personnes.
Lorsqu’une famille a le double projet d’avoir un bébé et d’adopter un chien, il est souhaitable qu’elle acquière celui-ci avant la naissance de l’enfant. Elle donne ainsi au chien le temps de se familiariser avec l’environnement, de prendre des repères et des habitudes, et de se sentir sécurisé et d’induire de la sécurité chez ses partenaires quotidiens. Il faut ensuite présenter le bébé à l’animal dès les jours qui suivent la naissance, pour que celui-ci accepte, connaisse les rythmes et comportements particuliers du nouveau partenaire. Le chien apprend en même temps à tolérer, connaître et reconnaître les pleurs et les odeurs du bébé.

Et si l’enfant est déjà grand ou qu’il y en a plusieurs ?
Pr. H. M. : Il faut présenter l’animal à l’enfant, et l’enfant à l’animal (il est très important que les parents soient présents lors de ces présentations). Et il faut que ce dernier soit introduit dans le "jeu" des interactions entre les différents membres de la famille.
Pour qu’une familiarité s’installe et être en confiance, il faut expliquer à l’enfant qu’il ne doit pas déranger l’animal qui dort ou qui mange.
Propos recueillis par Françoise Cros de Fabrique, en janvier 2009.

Conseils (de base) d'éducation. Il est impératif que le chien soit « un dominé » et non « un dominant », pour ce faire :
  • Le chien dort et mange dans une pièce autre que celle de ses maîtres.
  • On ne donne jamais à manger au chien quand la famille est attablée. 
  • On taquine le chiot lorsqu'il mange (rôle de l'adulte). De ce fait, le chiot, qui deviendra adulte, ne montrera pas les crocs à l'approche de sa gamelle.
  • Lorsqu'il fait la « fête » à l'arrivée de ses maîtres, l’empêcher de sauter en levant le genou et surtout pas de caresses.
  • On ne caresse pas un chien qui le demande.
  • Ne jamais laisser le chien s'installer sur un lit, un canapé, un fauteuil.
  • Le promener régulièrement.
  • Donner des ordres simples.
  • Lorsque le chiot mord, il faut appuyer (doucement mais fermement) le pouce sur sa langue (ce n'est pas confortable pour le chien, qui stoppe de suite)
  • On ne corrige pas son chien avec la main
  • On ne laisse jamais un chien seul avec un enfant

Médiation animale :



En cas de besoins très spécifiques, il existe :

Association Nationale d’Éducation de Chiens d’Assistance pour Handicapés (ANECAH) 
155, rue Nationale - 75013 Paris
Tél. : 01 45 86 58 88 - Fax : 01 45 86 50 76

Handi'Chiens
Liste des clubs canins :

S.P.A. :

ON N'ABANDONNE PAS SON ANIMAL !!!
POUR LES VACANCES, PENSEZ FAMILLE, AMIS, ASSOCIATIONS...



QUE RISQUE-T-ON POUR AVOIR ABANDONNE SON ANIMAL ?


2 ANS DE PRISON
30 000 € D'AMENDE
 Le tribunal peut interdire la détention d'un animal, à titre définitif ou non

SOYEZ RESPONSABLE... MERCI POUR EUX !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Hello !
Merci de me laisser un p'tit commentaire :)
N'hésites pas à revenir, je réponds à tout le monde !